11 abril 2007

Cabrel

"Moi je n'étais rien et voilà qu'aujourd'hui je suis le gardien du sommeil de ses nuits, je l'aime à mourir. Vous pouvez détruire tout ce qui vous plaira, elle n'a qu'à ouvrir l'espace de ses bras pour tout reconstruire, pour tout reconstruire. Je l'aime à mourir

Elle a gommé les chiffres des horloges du quartier, elle a fait de ma vie des cocottes en papier, des éclats de rire. Elle a bâti des ponts entre nous et le ciel et nous les traversons à chaque fois qu'elle ne veut pas dormir, ne veut pas dormir. Je l'aime à mourir

Elle a dû faire toutes les guerres pour être aussi forte aujourd'hui,elle a dû faire toutes les guerres de la vie et l'amour aussi.

Elle vit de son mieux son rêve d'opaline, elle danse au milieu des forêts qu'elle dessine, je l'aime à mourir. Elle porte des rubans qu'elle laisse s'envoler, elle me chante souvent que j'ai tort d'essayer de les retenir, de les retenir. Je l'aime à mourir

Pour monter dans sa grotte cachée sous les toits je dois clouer des notes à mes sabots de bois, je l'aime à mourir. Je dois juste m'asseoir, je ne dois pas parler, je ne dois rien vouloir, je dois juste essayer de lui appartenir, de lui appartenir. Je l'aime à mourir

Elle a dû faire toutes les guerres pour être aussi forte aujourd'hui, elle a dû faire toutes les guerres de la vie et l'amour aussi.

Moi je n'étais rien et voilà qu'aujourd'hui je suis le gardien du sommeil de ses nuits, je l'aime à mourir. Vous pouvez détruire tout ce qui vous plaira, elle n'aura qu'à ouvrir l'espace de ses bras pour tout reconstruire, pour tout reconstruire. Je l'aime à mourir."

Francis Cabrel

5 Comments:

Blogger Bluedog said...

Estas palavras do Francis Cabrel são muito bonitas e levaram-me de volta ao tempo em que...tomava o pequeno-almoço com os meus filhos...momento de partilha e de alguma pressa a caminho do dia que nos esperava lá fora. Bons tempos, G!

19:57  
Blogger G! said...

bons tempos, sempre memoráveis, mas outros tempos.

20:17  
Anonymous Anónimo said...

Afinal....
Pois é afinal és agente secreto da Mossad, ai se os Palestinianos sabem, ou o Setembro Vermelho....
Têm cuidadinho que eles andam por aí........
Quiça não te cruzas com algum na Matilde........ Isso agora, como dizia o outro tudo pode acontecer, até o inpensável.

Como por ex: falar com o Pinochet!!!

Pinochet envia um abraço

15:30  
Anonymous Anónimo said...

tres jolie merci...

sophie marceau

00:58  
Blogger A:Maze said...

esta música é linda! Ainda a sei de cor.Perdi foi os 3 cd's da antologia do Francis Cabrel... alguém se acusa?

18:26  

Enviar um comentário

<< Home